Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 Jan

Fils de la Terre - 1ère partie - Génésia - 5

Publié par Françoise Heyoan  - Catégories :  #Nouvelles


Le temps des décisions


V


Dieu et les Anges respectèrent son silence. Le Maître de toutes choses avait permis à Génésia de voir la scène qui avait conclu sa vie sur Terre. Il savait que cela constituait un véritable choc pour elle. Il compatissait à son propre deuil. Elle avait perdu d'un seul coup son fils, sa famille, Sierenk son seul amour, mais aussi son corps, ses traditions, sa tâche honorifique, tout ce qu'elle aimait, ce qui la sécurisait, tous ses projets d'avenir...

- J'ai failli à ma tâche. J'aurais dû alerter le reste de la tribu dès les premiers signes de danger ; au lieu de ça, j'ai préféré rêvasser !

Elle en était au stade du regret cruel. Si elle avait été attentive, elle aurait pu éviter le pire. Elle s'adressa à Dieu :

- Tu m'as punie de mon manque d'attention parce que je n'ai pas mérité d'entretenir une partie de toi sur Terre, c'est ça ?

Sa voix n'était plus qu'un sanglot mais la dernière partie de sa phrase laissait deviner sa rage.

- Tu m'en as voulu de ne pas prendre assez soin de toi, c'est ça ? Alors, tu m'as coupée de ma vie... C'est facile pour toi !

Elle n'était plus que ressentiment. Dieu et Heyoan attendaient que l'orage s'achève. Un Ange passa... C'était Orsia. Dieu reprit alors le dialogue en main :

- Tu as le droit de m'en vouloir, pour la seule raison que je suis responsable de la Création du monde. Sache cependant que je n'ai pas voulu ta mort. Ni le moment. Ni la manière. Rappelle - toi. Toutes mes créatures sont libres de leurs choix, et ce qui leur arrive en est la conséquence directe...

- Tu veux dire que je suis responsable de ma mort aussi sûrement que si je m'étais jetée dans le Feu ?!

Elle était hors d'elle, et ce n'était pas facile avec cet étrange matériau qui constituait son âme. Elle tourbillonnait furieusement, au point que Dieu décida de souffler un peu sur elle pour la calmer gentiment. Elle bougonna :

- C'est décidément facile d'être Dieu...

Puis à haute voix, elle demanda :

- Qu'est - ce que j'ai donc pu faire pour mériter une telle mort ? Tu peux me le dire ? Et pourquoi priver un enfant si jeune de sa mère ? Mais je suis seule responsable, n'est - ce pas ? Je n'avais qu'à être présente à ce que je faisais...

- Tu es seule responsable en effet, mais pas pour ce que tu crois.

- Tu veux dire que je ne suis pas morte à cause de mon inattention ?

- Tu as bien compris. Les choses auraient pu tourner autrement. Quelqu'un d'autre aurait pu se rendre compte du danger, alerter le reste du clan et te prêter main forte avant que tu sois en difficulté...

- C'est pour me réconforter que tu me racontes ça ? Ou pour me donner de faux espoirs, peut - être ? Après tout, que sais - je de toi ? Ce que tu veux bien me dire, ainsi que tes deux acolytes...

L'air outré des deux acolytes n'échappa pas à Dieu mais il se reprit :

- Tu t'es punie toi - même.

Génésia écouta de toute son âme.

- Tu n'as pas cherché le sens d'une épreuve capitale dans ta vie. Le premier homme que tu as connu était un malfaiteur et un violent. Tu as cru que tu n'avais pas eu de chance. Tu as rejeté toute la faute de ton malheur sur Aliensis...

- Parce que c'était la mienne, peut - être ?

- Non, bien sûr... Mais si tu as vécu cette épreuve, c'était pour que tu en tires des enseignements pour l'avenir, non pour le haïr. Cette haine t'a enchaînée à lui plus sûrement que votre union, même après sa mort...

- Tu l'as reçu comme moi ?

- Bien sûr...

- Il est encore là ?

- Que ferais - tu ?

Génésia comprit alors ce que Dieu voulait dire. Elle le haïssait, c'est vrai. Elle aurait aimé lui jeter tout ce qu'elle avait encore en travers de la gorge !

- Ne peux - tu réfléchir à ce que tu aurais pu chercher à comprendre ?

Malgré sa bonne volonté, Génésia trouvait cette exigence au - dessus de ses forces.

- Imagine que cela soit arrivé à Isy, ta meilleure amie... Après mûre réflexion, que lui aurais - tu dit pour la consoler ?

Génésia se concentra. Après un long silence, elle parla comme à elle - même :

- Ce n'est pas ta faute si cet homme est mort. Ce n'était pas ta faute, tous ces vols. Tu n'étais même pas complice puisque tu as dévoilé les cachettes des objets volés à leurs propriétaires dès que tu as pu le faire... Personne ne pouvait deviner la vraie nature de cet homme avant que tu la voies de tes yeux.

- Tu es sur la bonne Voie. Cherche maintenant ce que cette épreuve a pu apporter à ton amie, sur un plan personnel.

Génésia eut envie de se fâcher, mais elle se ravisa. Elle sentait confusément que ce que lui apprenait Dieu en ce moment était essentiel... Elle continua donc à réfléchir.

- Tu as grandi d'un seul coup. Tu as perdu ta naïveté de fillette et tu es devenue femme. En fait, à le regarder vivre, tu as appris à mieux te connaître, à définir tes propres choix et à t'y tenir malgré sa violence. Lorsque tu as rencontré Sierenk, tu as tout de suite senti que cet être - là t'apporterait l'harmonie dont tu avais besoin. Et tu as partagé tant d'amitié avec les autres femmes des différentes tribus que tu as visitées, tu as apprécié la confiance que tous te donnaient parce qu'ils ne t'assimilaient pas à ton voleur d'homme... Et aussi tu ne voulais pas que ton enfant pâtisse de la personnalité de son père et tu as choisi parmi de nombreuses façons d'éduquer un petit les réponses qui te permettaient d'en faire quelqu'un de bien.

- Tu y es. Te rends - tu compte que, loin de haïr Aliensis, tu pourrais le remercier de ce que tu as appris grâce à lui, à ce qu'il était?...

Génésia prenait conscience de son erreur véritable, mais ne pouvait accepter d'aller aussi loin :

- Ne m'en demande pas trop... Je te remercie. Grâce à toi, je ne le hais plus.

- Alors, tu es prête à passer à l'étape suivante...

- L'étape suivante ?

- Que crois - tu qu'Aliensis soit devenu ?

- Est - il toujours Aliensis ? Est - il autre... chose ? Dans ma tribu, le sorcier croit que nous prenons la forme de notre totem dans une prochaine vie...

- Quel est ton totem ?

- L'hysope.

- Et celui d'Aliensis ?

- Le cheval, je crois...

- Votre totem, de même que les Éléments comme la Terre, l'Eau, le Feu ou le Bois, vous permettent dans votre vie d'humain d'entrer en contact avec Moi ou avec un de mes Anges...

- Tu veux dire que lorsque j'entretenais le Feu, je dialoguais avec toi ?

- En quelque sorte, oui... L'hysope est une herbe qui te soignait, n'est - ce pas ?

- En effet.

- De même que le Feu...

- Le Feu m'a tuée...

- Ta haine pour Aliensis t'a tuée, mais le Feu t'a apporté ta place centrale dans ton clan et la satisfaction d'être à ta place, de te rendre utile à tous...

- Notre santé est liée à nos totems et aux Éléments, dis - tu ?A - t - elle tant d'importance à tes yeux ?

- Bien sûr...

- Pourquoi sommes - nous si faibles, alors ?

- Tu trouves que tu étais faible ?

- Toujours à la merci du froid, de la chaleur, des fauves...

- N'as - tu pas parfaitement résisté ? Et les membres de ton clan ?

- Tu sais bien que beaucoup de petits meurent...

- Ne t'inquiète pas pour eux, nous les recevons et prenons soin d'eux. Seuls les plus forts subsistent...

- Notre corps a - t - il de l'importance pour toi, alors que tu nous en dépouilles à notre mort ?

- Le corps est la part divine des humains... C'est ce que vous avez de plus précieux. C'est pourquoi vous devez en prendre particulièrement soin... Vous n'en avez qu'un jusqu'à votre mort... Ensuite, face à moi, vous n'en avez plus besoin.

- Pourquoi dis - tu que c'est notre part divine ? Tu es dedans ?

- Toute créature a une part de toutes les autres en soi, et du Créateur... C'est pourquoi vous devez respecter tous les êtres sur Terre, même les minéraux abritent une part de Moi et la rayonnent mieux que quiconque car ils captent et renvoient Ma Lumière...

Des images lui revinrent en mémoire. Assise au bord d'une corniche, admirant une veine de quartz rose... Trouvant au fond d'un torrent une citrine, ou dans le ruisseau d'une grotte une calcite verte qu'elle mirait au soleil...

- Qu'est devenu Aliensis ?

- Il a aujourd'hui six ans et grandit dans une famille qui pourra lui permettre de s'améliorer...

La surprise de Génésia fut sans bornes...

- Tu n'es pas obligée de choisir la même solution tout de suite, reprit Dieu. Si tu le veux, tu peux décider de protéger les tiens pendant quelques temps. Quand tu te sentiras prête, Orsia prendra le relai pour s'occuper d'eux s'ils le souhaitent. Et tu pourras connaître de nouveau la chance de progresser sur Terre.

- A quoi me servirait de progresser sur Terre, comme tu dis ?

- Tu es une jeune âme encore... Plus tu t'amélioreras à travers tes différentes vies, plus tu t'approcheras de la conscience universelle qu'est la mienne...

- Je n'ai pas assez pris conscience de tout ça déjà ?

Dieu réprima un sourire.

- Il faut que tu saches que lorsque tu retournes sur Terre dans une nouvelle enveloppe corporelle, tu perds la conscience de tout ce que nous avons pu t'apprendre ici.

- Comment puis - je progresser si je repars chaque fois de zéro ?

Il échangea un coup d'œil malicieux avec ses Anges, ils savaient tous trois que Génésia n'était pas n'importe qui ! Elle se battait bien plus et bien mieux qu'Aliensis en tout cas...

- Tu ne repars pas de zéro. Ce que tu as découvert sur toi, tu en retrouves la conscience dès que possible, bien que tu ne gardes aucun souvenir de ta vie précédente. Ce qui te permet d'avancer à partir d'une marche supérieure. Ce qui est acquis est acquis, si tu préfères... Que décides - tu ?

Commenter cet article

Archives

À propos

Mes contes, mes poèmes, mes calligraphies, mes dessins, mes peintures ( aquarelle, encre de Chine...), aïkido...