Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 Jan

Fils de la Terre - 2ème partie - Genèse indienne - 1

Publié par Françoise Heyoan  - Catégories :  #Nouvelles


 

I Réminiscence




- Ce que les animaux ne partagent pas avec nous, mon fils...? Souviens - toi !

- ...

- C’est notre dualité.

- Notre dualité ?

La vieille dame parle doucement, dans la pénombre du tipi encombré de peaux servant de tapis, de tentures, de coussins… Partout, des minéraux ; posés sur des plateaux, suspendus à des guirlandes de fils de cuir, en colliers. Tout autour du tipi, des étagères courantes où la vieille sage entrepose ses potions, ses huiles parfumées et autres médecines. De nombreuses chandelles colorées, incrustées de plantes, odorantes, allongent les ombres et les accusent sur les corps et les visages jusqu’à la caricature.

Le jeune garçon, avide de tout savoir, ne s’intéresse aucunement à ce qui l’entoure. Il connaît par cœur ce décor depuis sa naissance, il y a douze ans. Il sera bientôt un homme, et il sait combien la vieille femme l’honore en acceptant de lui transmettre son expérience vitale.

- Bien sûr ! Souviens - toi de ce que je te dis aujourd’hui. Si tu ne devais retenir que ça, tu pourrais refaire tout le chemin pour parvenir aux mêmes connaissances que moi.

Elle se tut. Le garçon brûlait d’impatience, mais il savait dompter le cheval impétueux qui caracolait en lui. Il lui parla intérieurement : « Ne l’effraie pas ! Un geste ou un mot de trop, et elle peut se taire avant d’avoir commencé ! »

La vieille paraissait dormir. Alors, pour respecter son silence, Cheval brûlant se mit à dompter les flammes des luminaires, les unes après les autres. Il les regardait vaguement vaciller, rendait floue sa vision pour saisir leur halo autour de la flamme, changeait leur couleur à volonté, puis passait à la suivante. Il était loin d’avoir fini son jeu lorsque la femme - médecine reprit la parole :

- L’animal parle comme nous…

- Comme nous ?

- Ne sais - tu point communiquer avec ton poney ?

L’enfant comprit aussitôt ce qu’elle voulait dire.

- Longtemps, j’ai cru que l’animal ne savait pas rire. Mais c’est faux, je suis sûre désormais qu’il sait plaisanter, comme nous.

L’enfant attendait la suite. Il savait que la femme était partie, cette fois, pour lui dire l’essentiel. Son pouls lui battait dans les oreilles à force d’écouter.

- Notre différence avec l’animal, c’est notre dualité. Nous sommes en partie humains, en partie divins.

- Tu te trompes, grand - mère ! Les dieux sont nombreux autour de nous, nous travaillons tous les jours à les apaiser et à implorer leur protection ! Nous sommes de faibles humains…

Loin de se fâcher, la vieille sourit de cette impétuosité. Elle avait toujours aimé écouter les enfants pour comprendre leur vision du monde, ce qui lui avait souvent enseigné des vérités profondes.

- C’est ce que notre peuple croit, en effet.

- Mais… Toi aussi ! Tu fais partie de notre peuple !

- Une femme - médecine fait partie du peuple de la Terre, et du peuple des Nuages et de l’Air. Elle travaille aussi avec le peuple du Feu, comme toi, mon fils…

Le garçon buvait ses paroles. Il ne songea pas à l’interrompre.

- Je fais aussi partie du peuple du Métal, même si nous ne savons pas nous en servir encore, du Bois et … de l’Alcool.

L’enfant rit franchement.

- Tu fais partie du peuple de l’Alcool ? Tu sais bien que c’est une mauvaise médecine ! Elle nous a été apportée par le peuple des Blancs, nos ennemis de toujours ! Ça existe, pour toi, le peuple des Blancs ?

- Les Blancs sont des hommes comme nous.

- Non ! Ça, je ne peux le croire ! Les Blancs sont nos ennemis, ils ne peuvent être comme nous !

- Il y a plusieurs questions dans tes paroles. Veux - tu que je réponde à toutes ?

Cheval brûlant se rassit et l’écouta. Elle reprit donc :

- L’alcool, comme toutes les médecines, est une mauvaise médecine si tu en abuses. Les meilleures médecines sont celles dont on se sert en infimes quantités. Parfois, une seule goutte est plus efficace qu’un lac. Tu as compris pour l’alcool ?

- J’ai compris que tu t’en sers parfois comme médecine, en toutes petites quantités.

- Quant aux Blancs, ils sont en partie humains, comme nous, et en partie divins, comme nous.

L’enfant déglutit difficilement. Il avait une entière confiance dans le savoir de Génésia, qu’on appelait parfois Hysope pour ses pouvoirs guérisseurs, comme la plante qui était son totem, mais il ne savait pas pourquoi elle s’appelait aussi Génésia. Il ne pouvait croire non plus que les Blancs étaient un peuple sacré, comme le sien. Tous de la racaille bonne à brûler !

- Ta colère te donnera le courage nécessaire au long apprentissage qui t’attend.

La vieille femme souriait en décelant une fois de plus le tempérament de Feu de l’enfant. Il lui faudrait apprendre à intégrer dans son corps et dans son esprit tous les autres Éléments qu’elle lui avait cités pour qu’il approche de la sagesse. Cela se comptait en plus d’années qu’elle ne savait le faire ! Mais elle avait confiance en sa fougue, elle savait qu’elle se transformait chaque fois qu’il le fallait en persévérance et en soif d’apprendre avec honnêteté, sans idée préconçue.

- Tu comprendras vite que chaque individu mérite qu’on croie en lui, même si son apparence te fait peur. Il en va de même pour tout un peuple…

- Le peuple des Blancs…

- Lui aussi ! Sais - tu que les Éléments ont des couleurs qui leur sont associées, pour te guider dans tes choix ?

- Je ne comprends pas pourquoi tu accordes tellement d’importance aux Éléments et à ces couleurs. Pour nous, ce qui compte, ce sont nos totems - animaux. Tu es la seule à avoir un totem - plante. Est - ce parce que tu es la femme - médecine ?

Elle sourit intérieurement. Elle appréciait la pertinence de la question. Elle ne s’était vraiment pas trompée sur ce petit !

- Ce que tu ne sais pas encore, petit, c’est que tous les humains ont chacun deux totems - animaux, et deux totems - plantes, et que c’est bien utile pour entretenir notre santé. Mais je suis vieille, j’ai assez parlé. Va te promener avec ton poney et recherche quel est ton autre animal - totem. Pour aujourd’hui, ce sera tout !

Elle dormait déjà quand Cheval brûlant quitta son tipi et courut chercher Crinière - au - Vent, son poney, avec la ferme intention de découvrir tous ses totems dans l’heure suivante.

 

Commenter cet article

Archives

À propos

Mes contes, mes poèmes, mes calligraphies, mes dessins, mes peintures ( aquarelle, encre de Chine...), aïkido...