Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 Jan

Fils de la Terre - 2ème partie - Genèse indienne - 5

Publié par Françoise Heyoan  - Catégories :  #Nouvelles


V Indignation



Chacal - Trouble devança Cheval - Brûlant aux nouvelles. Durant le séjour du jeune - homme au camp des Chewaks, le guerrier n’avait pas voulu approfondir une relation amicale avec lui, mais il était clair qu’ils se comprenaient à mi - mots et qu’ils avaient souvent le même point de vue sur un événement. En outre, Chacal - Trouble, depuis la guérison de son père, vouait une confiance totale à l’art du jeune guérisseur. Cependant, il mettait beaucoup d’application à l’éviter autant que possible.

Ils reconnurent au même instant l’homme qui faisait l’objet du scandale à l’entrée du camp : Aigle - Parleur. Le nouveau venu était fermement maintenu par deux guerriers. Il se débattait en les injuriant en dialecte Ponee mais personne n’était dupe. Chacal - Trouble croisa rapidement le regard de Cheval - Brûlant et tous deux détournèrent le regard pour cacher à l’autre le sourire qu’ils ne purent réprimer.

Cheval - Brûlant s’adressa à Bison - Audacieux, le chef Chewak, à voix basse :

- C’est mon ami d’enfance. Je pense que ma tribu s’inquiète de ma longue absence, ce qui me paraît justifié. Je réponds de son calme si tu le libères et lui permets de s’expliquer.

Bison - Audacieux acquiesça d’un signe de tête. Ce geste qui concluait leur court conciliabule lui suffit à se faire comprendre de ses hommes qui lâchèrent l’intrus, le surveillant néanmoins étroitement .

- Parle bref !

Cet ordre amusa Cheval - Brûlant et Chacal - Trouble qui savaient tous deux que ce n’était pas là la principale qualité d’Aigle - Parleur. Sans même se regarder, ils savaient chacun ce que l’autre pensait. En outre, Cheval - Brûlant se sentait envahir d’une immense joie de revoir son meilleur ami, qui lui apportait par sa seule présence le souvenir de ses racines qui lui manquaient tant. Il avait hâte de lui demander des nouvelles de ses parents, de ses frères et sœurs, de ses amis, d’Ours - Tranchant qui régnait sur la tribu des Ponees en homme avisé et juste, de tous, enfin !

Cependant, contrairement à toute attente, Aigle - Parleur n’était pas disposé à obéir. S’il aimait parler, ce n’était certainement pas sur ordre, encore moins pour satisfaire un chef ennemi !

Cheval - Brûlant jeta un coup d’œil interrogateur à Bison - Audacieux qui lui répondit par un signe imperceptible. Le jeune homme se précipita dans les bras de son ami qui lui rendit son étreinte avec soulagement :

- Si tu savais comme j’étais inquiet pour toi ! Nous avions convenu avec Ours - Tranchant que je ne partirais à ta recherche qu’au bout de trois nouvelles lunes, mais j’ai dû marchander ferme pour qu’il ne rallonge pas la sauce !

Tous deux riaient, heureux de se retrouver. Vive - Ortie dévorait des yeux ce nouveau venu qui avait le statut enviable d’ami d’enfance de celui qu’elle aimait. Elle le trouvait très quelconque, même peut - être laid et lourd, courtaud, les traits volontaires et volubiles, comme tout son être. Mue par un irrépressible élan de jalousie, elle s’interposa entre les deux hommes. Aigle - Parleur cessa de parler, surpris de cette apparition soudaine. Il admirait visiblement la jolie fille qui osait interrompre ses retrouvailles avec son ami, mais il n’eut aucun mal à deviner le lien invisible qui reliait les deux jeunes - gens.

Il s’approcha plus près de son ami et lui murmura :

- Tu t’es encore fourré dans des situations impossibles ! Il est temps que je m’en mêle…

Cependant, Vive - Ortie, qui seule avait pu l’entendre hormis Cheval - Brûlant, ne se sentit pas en danger, bien au contraire. L’expression du jeune - homme lui assura qu’il se battrait pour eux, et elle sut pourquoi Cheval - Brûlant l’aimait tant.

Un voix forte retentit dans l’air vif du soir :

- Bison - Audacieux, Cheval - Brûlant te trompe ! Regarde ! Sers - toi de tes yeux ! Celui que tu as accueilli comme un frère va te voler une de tes filles ! Il projette d’enlever Vive - Ortie, et son complice n’est là que pour l’aider à accomplir son forfait !

Chacal - Trouble se retourna comme une lame en entendant ces mots, et Serpent - Coléreux darda sur Cheval - Brûlant un regard lourd de soupçon. Il se sentait trahi ! Aussitôt, les deux Ponees furent maîtrisés et attachés à des pieux vite fichés en terre, tandis que Chacal - Trouble tentait de retenir sa sœur qui réussit à se libérer de ses prises par ses morsures et en le griffant jusqu’au sang. Elle sauta sur sa jument et s’enfuit en direction de la montagne.

Son frère était déjà en selle, mais son père l’arrêta d’un geste :

- Inutile ! Elle n’ira pas loin si ce que dit Vautour - Frileux est vrai. Elle a d’autres attaches ici qu’une simple corde !

Il adressa un regard chargé de tristesse à Cheval - Brûlant en passant devant lui… Le jeune - homme tenta de le retenir :

- Écoute au moins ce que j’ai à te dire, et interroge Vive - Ortie…

- Son attitude a parlé pour elle !

- Tu fais erreur. Tu sais que tu as blessé l’orgueil de Vautour - Frileux en faisant appel à moi. Ne peux - tu deviner aisément qu’il tient sa vengeance ?

Bison - Audacieux prit la parole :

- Demain, nous ferons parler ton ami pour savoir ce que mijote Ours - Tranchant contre nous…






Restés seuls dans la nuit fraîche, sans eau ni nourriture, dans une posture qui leur donna vite des crampes et des fourmillements, les deux amis échangèrent brièvement les nouvelles urgentes.

Heureusement, avant cette traîtrise de Vautour - Frileux, Cheval - Brûlant avait eu le temps de confier l’essentiel de ses préoccupations à Vive - Ortie, au sujet de son père. Il savait que tant qu’elle ne réapparaîtrait pas au camp, les Chewaks ménageraient les deux amis, car ils servaient d’appât. Eux ne soupçonnaient pas qu’elle ne reviendrait pas de si tôt…

Commenter cet article

Archives

À propos

Mes contes, mes poèmes, mes calligraphies, mes dessins, mes peintures ( aquarelle, encre de Chine...), aïkido...