Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 May

VOL DE REVE - Chapitre 4

Publié par Françoise Heyoan  - Catégories :  #Histoire policière

4 SECRET BIEN GARDE


En ce jour de liberté, Harekheni a bien du mal à se sentir aussi heureux que d'habitude, en pareille circonstance. Les événements de la nuit le tracassent. Il ne comprend pas l'hostilité soudaine de sa mère et de sa sœur, ni l'absence de Néféret et de la mère de la jeune-fille hier au soir. Il ne s'explique pas non plus la tranquillité de Kary... Il devait savoir où elles se trouvaient. Ce matin, il a bien l'intention d'éclaircir ce mystère, puisque, comme tous les vendredis, jour de congé pour lui, il se rend sur le lieu de travail du père de Néféret...


Habituellement, en effet, rien ne peut lui faire éprouver une plus grande joie - à part de voir Néféret, peut-être – que de travailler avec les peintres du temple. Vêtu d'un pagne rudimentaire, il apprécie de venir en simple apprenti, presque anonyme, sur ce chantier réunissant des centaines d'ouvriers et d'artistes affairés. Le temps file à toute allure tandis qu'il mélange ses pigments minéraux et végétaux afin d'obtenir les teintes qu'il recherche avec beaucoup de concentration. La difficulté est d'évaluer la bonne quantité d'une même teinte, en rapport avec la surface qu'il veut couvrir et avec le support, suivant son degré de porosité... Rien ne le passionne plus. Il doit également trouver la bonne texture afin de pouvoir appliquer la couleur avec délectation, sans grumeaux ni gouttes dégoulinant fâcheusement le long des surfaces verticales... Son apprentissage de scribe l'aide aussi, bien qu'il s'en défende, à composer des encres bien noires qui lui permettent de cerner ses dessins d'un joli trait soulignant les silhouettes avec élégance. Certains peintres se sont même approchés pour lui demander comment il s'y prenait. Lui, l'apprenti, s'est senti rougir de fierté. Depuis ce jour mémorable, il sait qu'il est entièrement accepté par la corporation des peintres.


Comme il regrette que son père, Kagemni, ait voulu faire de lui un scribe, et qu'il ne soit même plus là pour lui permettre d'argumenter... Son père était lui-même scribe au palais de Pharaon, et n'imaginait pas une autre carrière pour son fils, surtout quand on s'appelle Kagemni : celui qui trouve son Ka dans son fils...


Harekheni se secoue. Il sort ses outils, déroule l'enveloppe de cuir fin qui les protège pour installer son atelier. Il est vaguement mécontent, sans trop savoir pourquoi. Il s'apprête à diluer une poudre colorée quand il entend un héraut appeler son nom à haute voix. L'homme court, et hurle afin d'être entendu dans les différents coins du chantier :


HAREKHENI EST DEMANDE AU PALAIS. Y A-T-IL QUELQU'UN PARMI VOUS QUI S'APPELLE HAREKHENI ?


Le jeune homme n'aurait pu se sentir plus mal. Seul Kary connaît son secret. Il n'a révélé à personne d'autre qu'il apprenait aussi l'art de la peinture pendant ses loisirs... Jusqu'à présent, son secret avait été bien gardé. S'il dit que c'est bien lui, il n'aura plus jamais le choix... Il devra cesser ce travail qu'il apprécie tant et qui, seul, lui donne le courage de suivre l'apprentissage de scribe pendant la semaine...


Cependant, l'homme court toujours et répète au vent son annonce. Harekheni lève la tête et cherche des yeux... Il est légèrement surpris par quelque chose qui ne se passe pas comme il aurait pu s'y attendre. Mais quoi ? Soudain, il comprend pourquoi il se sentait de mauvaise humeur ce matin. Kary aurait dû l'interroger du regard pour savoir s'il était approprié de signaler sa présence au héraut ou non. Or, Kary n'est pas là...

Commenter cet article

Archives

À propos

Mes contes, mes poèmes, mes calligraphies, mes dessins, mes peintures ( aquarelle, encre de Chine...), aïkido...