Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 Aug

Poésie de rêve

Publié par Françoise Heyoan  - Catégories :  #poésie

VERT SAPHIR

Rêve du 04/04/09

Maman,

nous voici ensemble

dans une chambre

peut-être

dans un hôtel.

Nous prévoyons d'y passer

l'après-midi, parce que toi,

tu ne peux envisager

de sortir. Les fenêtres de soie

donnent sur la mer.

Quand l'immeuble se met

à branler, le paysage à

défiler sous les fenêtres,

on se croirait dans un train à

grande vitesse. On se regarde et

je dis : C'est drôle ! On dirait

qu'on est à bord

d'un bateau.

Et tu réponds d'abord :

C'est impossible.

Pourtant tu m'as

toujours avoué :

Je suis comme Saint Thomas,

Je ne crois

que ce que je vois...

01/08/09

BRUNE EMERAUDE

Rêve du 17/02/09

Je mets un pied dans la bonne terre

meuble de mon jardin.

Il est en terrasse et je vois loin

au-delà des collines.

Deux liserons

cette nuit ont poussé. Je prends soin

de fouiller la terre

pour déraciner

le premier.

Quelque chose m'interrompt

avant de m'attaquer

au second.

Je l'oublie.

***

Je passe avec des amis

devant un grand immeuble

en ruines.

Même au travers des vitres

du véhicule, les ruines semblent

très aériennes

tant le ciel les mord

au travers.

Leurs pierres admirables

hésitent

entre la pierre dorée

du lyonnais

et le granit

breton, mais c'est le mot

pierre

meulière

dit par ma mère

que j'ai en tête.

***

Nouvelle ballade

au même endroit

avec un ami de plus

dans la voiture.

Le nouveau passager

m'apprend

que le bâtiment

en ruines

était un hôpital.

Comment

pouvais-je l'ignorer ? Mais je détaille

la maison qui a brûlé.

Je ne l'avais pas remarquée

lors du premier passage.

Je trouve qu'elle

était belle.

02/08/09

ROSE SABLE

Rêve du 07/01/09

A Adrien

 

Je suis sur une plage et

je regarde les murs de vagues

se former.

Au début,

les vagues sont seulement belles,

impressionnantes

à peine.

Je t'invite

à les admirer

avec moi.

Tout à coup

un mur gigantesque

se dresse.

Il a la couleur du sable

mêlé de vert et de vent.

Tu m'avertis et

me tire par le bras

sur la terre ferme

alors que le mur d'eau

bouillonnant

s'effondre

là où je me tenais

à l'instant.

Nous regardons passer

le flot vertigineux

sous nos yeux.

Il s'échoue

très loin

dans les terres.

 

 

 

 

A mon père

 

Une terrasse de café

au bord de la mer.

Du monde,

un homme à terre.

Un enfant

à peine

âgé de trois-quatre ans

surgit

en pleurant

auprès de lui.

Au s'cours, papa !

Au s'cours, papa !

Sa peine

et son erreur

de langage

me touchent.

 

 

Je me reconnais.

10/08/09

 

Commenter cet article

carole 10/08/2009 16:47

plus je te decouvre, plus je t'apprécie

carole 10/08/2009 14:41

tes textes sont doux à lire. Ils m'emmenent en voyage.
Merci pour le dépaysement, la délicatesse des mots, fluides
comme l'eau.
Bisou
Carole

Françoise Heyoan 10/08/2009 15:02


Ils racontent de vrais rêves, dont je me suis souvenu au matin. Que j'ai notés, bien sûr... Et l'Eau est l'élément privilégié qui rétablit mon équilibre et ma santé...Merci pour ce commentaire.


Archives

À propos

Mes contes, mes poèmes, mes calligraphies, mes dessins, mes peintures ( aquarelle, encre de Chine...), aïkido...