Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
07 Jun

A Brûle-Pourpoint - 5. En tomber sur le seize*

Publié par Françoise Heyoan  - Catégories :  #Nouvelles

    Ortensio prit la précaution de vérifier que personne ne le voyait sortir de la case de Cateline au petit matin. Il descendit le sentier avec des allures de Sioux, arriva dans la petite ville déserte. Seuls les chiens faméliques traînaient là, à la recherche d'une pitance quelconque. Depuis l'Événement, il y en avait des dizaines. Plusieurs d'entre eux souffraient des radiations qu'ils avaient reçues alors que l'on était à plusieurs dizaines de kilomètres du cœur du réacteur détraqué... Le ras-de-marée avait eu lieu l'année dernière, mais tous en portaient encore les stigmates, hommes et bêtes.



    Si le projet des femmes lui avait plu, c'est qu'il rêvait depuis toujours de devenir un grand couturier... Dès son plus jeune âge, lorsqu'il avait su dessiner un corps humain ( ou à peu près...), il avait essayé d'habiller ses esquisses... Il s'entraînait sans relâche, dans ses cahiers d'écolier, en observant les pubs dans les magazines, en tâchant de reproduire les segments des athlètes pour comprendre comment la photo était prise, en parcourant la silhouette d'un seul trait de crayon qu'il s'interdisait d'interrompre avant d'en avoir terminé le contour... Il était devenu de plus en plus habile en dessin, et s'intéressait au mariage des couleurs, des fibres, des matériaux, des formes, des superpositions et autres juxtapositions plastiques... Il exerçait son coup d'œil en passant au laser tous les détails d'un costume puis en propulsant mentalement la personne au loin pour en voir l'effet suivant la distance choisie. Il modifiait ici une touche de couleur, là, le décolleté du modèle, ailleurs, un accessoire et il ne s'arrêtait que lorsque l'image mentale de la personne qu'il avait aperçue le satisfaisait complètement, quand bien même celle-ci avait disparu de son champ de vision depuis plus d'une heure !...



    Il se faufilait toujours avec précaution dans les ruelles qui commençaient à s'animer, mais il avait presque atteint son but... Le bateau d'approvisionnement de la Ville était à quai. Il pouvait déjà l'apercevoir. Son cœur se mit à battre fortement dans sa gorge. C'est maintenant que les choses se corsaient. Il allait devoir monter clandestinement à bord, même s'il était parfaitement conscient qu'il allait peut-être emporter avec lui des particules radioactives qui pourraient contaminer tout ce qu'il toucherait ainsi que les gens qu'il côtoierait. Mais il lui fallait prendre ce risque. Sinon, ce n'était pas vivre !... Ensuite, il faudrait qu'il parvienne à trouver ce qu'il cherchait, et cela, alors qu'aucun habitant de la Ville ne possédait plus un sou de la monnaie du pays ou des pays environnants qui n'avaient pas été touchés par l'Événement...



    Il connaissait parfaitement les horaires de la jonque car ils étaient restés les mêmes qu'à l'époque où il lui portait courrier et colis postés par mer pour les différentes îles alentour. Toutes les îles avaient été submergées. Aucun survivant. Quant au personnel navigant, il avait dû être totalement renouvelé. Tous ses amis ayant disparu dans la catastrophe. C'était bien le problème. Il ne pouvait bénéficier d'aucune complicité pour monter à bord et se ravitailler pendant la traversée qui pouvait être longue. Car, de la destination, il n'en avait aucune idée !...



    Après un round d'observation, il se décida enfin. Il s'élança lorsqu'il entendit une voix l'interpeler. Il jura intérieurement, mais soupira quand il comprit qu'il s'agissait d'une vague connaissance qui, visiblement, était contente de le revoir !... Ce ne fut certes pas son cas. La jeune femme, car c'en était une, se mit à lui poser des tonnes de questions sur lui, sa famille, ses amis, ce qui s'était passé pour eux après l'Événement... Quand elle en eut fini, elle enchaîna sur sa propre situation, celle de sa famille, de ses amis... Le tout avec force plaintes et regrets... Il ne pouvait en placer une, et commençait à craindre qu'elle lui fasse rater le départ du bateau ! Il en eut franchement assez qu'elle lui couse un tel bouton** et décida de couper court.



    Il allait tout bonnement lui fausser compagnie, lorsqu'une idée lui vint. Il lui adressa son plus beau sourire :
- Mais... Je vous vois avec des bagages ? Vous embarquez ?
- Oui ! Figurez-vous que je n'en peux plus de ces voyages !... On vous oblige à passer par une douche spéciale, on vous force à enfiler d'autres vêtements que ceux que vous portez ! Sont-ils sales ? Suis-je sale, je vous le demande ?!...
    Le jeune homme, éberlué, ne sut que répondre mais l'idée lui souriait de plus en plus...
- Mais, pourriez-vous m'expliquer pour quelle destination vous partez ? Et dans quel but ? Je croyais... Enfin, on nous interdit...
    Elle rit, sans cervelle :
- Ah ! C'est vrai ! J'oubliais... Mais dites-moi, ça ne vous tenterait pas, de...
- Prendre votre place ?
- Exactement !
- Est-ce possible ?




    Il ne voulut même pas savoir comment elle allait se débrouiller pour expliquer à son employeur qu'elle avait refilé sa place à quelqu'un d'autre ! Trop heureux d'avoir un excellent prétexte de monter à bord !... Les cheveux encore mouillés par la douche de rigueur, il mit sa carte officielle sous le nez du capitaine, passa devant lui en se redressant de toute sa hauteur, dignement, et demanda au premier marin qu'il rencontra ce qu'il y avait au menu... Il rit intérieurement en imaginant la tête que ferait Cateline quand il lui raconterait comment il avait réussi à prendre la mer... sans se faire repérer le moins du monde !...



*En tomber sur le seize : expression italienne : il sedici ; en tomber sur le c...
** Se faire coudre un bouton par quelqu'un : expression italienne : attaccare un bottone a qualcuno ; se faire tenir la jambe par quelqu'un.


 

 

 

 

07/06/12

Commenter cet article

catherine 15/06/2012 21:30

miam miam !!

Françoise Heyoan 16/06/2012 02:58



Tant que ça ?



catherine 11/06/2012 17:01

bon alors je ne suis toujours pas retournée lire mais ton blog cuisine est très sympa et bien clair pour nos prochaines invitations. Hi hi !! merci

Françoise Heyoan 11/06/2012 20:42



Attends que je mette les recettes !...



Archives

À propos

Mes contes, mes poèmes, mes calligraphies, mes dessins, mes peintures ( aquarelle, encre de Chine...), aïkido...