Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 Jun

A Brûle-Pourpoint 6. Il est temps de remonter nos chaussettes*

Publié par Françoise Heyoan  - Catégories :  #Nouvelles

 

En se levant ce matin-là, Cateline avait deux sujets d'inquiétude au lieu d'un. Elle ne pouvait ôter de son esprit les dangers que son nouvel ami, Ortensio, avait accepté de courir... Tout ça pour son idée à elle, un peu folle, il fallait bien le reconnaître !... Elle se le reprochait désormais. Elle avait impliqué tout le hameau dans son projet, et du même coup, elle mettait en danger tous ses habitants, même les enfants, même Ortensio ! Sans compter qu'elle doutait de la sincérité du repentir d'Ambra... La jeune fille lui en voulait, elle le sentait. Si seulement elle pouvait savoir pourquoi... Peut-être pourrait-elle éclaircir au moins cela ? Sans doute Ambra avait-elle besoin de temps pour digérer ce qui s'était passé la veille... Elle irait la voir en rentrant du travail, ce soir.

 

 

En attendant, elle devait y aller ! Elle se demandait comment elle allait faire pour dénicher aujourd'hui un bout de tissu ou un petit rien qui pourrait servir à décorer une toilette... Elle soupira. Elle commençait à penser qu'ils n'y arriveraient jamais... Tout le monde avait fait manteau**, la veille... C'était vraiment préoccupant ! A moins que ce ne soit un signe...

 

 

 

 

La petite Elsiora qui déjeunait l'entendit soupirer. Elle l'observait depuis un moment et prit soudain la parole :

- Tu sais maman,elle est super, ton idée ! C'est pas le moment de baisser les bras ! Au contraire ! ...Faut remonter nos chaussettes !*

Cateline lui sourit tendrement. Tout à coup, elle s'affola :

Nos chaussettes ? Il est hors de question que tu... Mon Dieu ! Qu'ai-je fait ?!

Elle s'interrompit, catastrophée. Elle avait incité tout le monde à voler ! La seule valeur qu'elle allait apprendre à ses propres enfants, c'était le vol !... Non, c'était impossible ! Il fallait qu'elle arrête ça tout de suite !... Elle se mit à hurler sur sa fille :

- Je T'INTERDIS, tu m'entends ?... Je  T'INTERDIS de voler la moindre chose ! C'est compris ? TU M'ENTENDS ?!!

Elsiora, éberluée, regardait sa mère comme si elle ne l'avait jamais vue :

- Oui, bredouilla-t-elle, au bord des larmes.

Le petit Orfeo, lui, pleurait déjà. Elle s'en voulut aussitôt, mais le mal était fait. Elle s'assit et appela ses enfants d'un geste. Ils vinrent se blottir dans ses bras. La journée commençait bien ! Toute la famille pleurait, et elle allait être en retard, par-dessus le marché !...

 

 

 

A l'entrepôt, elle ne cessa de ruminer. Tout en comptabilisant les produits reçus au petit matin, elle réfléchissait à la façon dont elle pourrait expliquer à tous ses amis qu'elle s'était trompée... Qu'ils avaient été géniaux, mais qu'elle ne pouvait les entraîner ainsi tous à voler, et à prendre de très grands risques pour une idée, somme toute, futile. Le plus important, c'était de ne pas souffrir du froid l'hiver, d'être couverts, non ? Alors, il fallait laisser tomber... C'était plus sage. Pour tout le monde ! Elle se promit de les persuader de laisser tomber le projet dès son retour.

 

 

 

- Cateline ?

- Oui, monsieur ? Son patron lui parlait, et elle l'avait déjà fait répéter au moins trois fois !... Il la regardait d'un drôle d'air, mais se contenait... 

- Que voulez...?

Cateline ne put finir. Une femme venait d'entrer dans l'entrepôt. La jeune rescapée la buvait des yeux.

- Un instant... Le patron se tourna vers la nouvelle arrivée, donnant à Cateline tout le loisir de la détailler. Dieu ! Qu'elle était élégante !... En fait, Cateline n'avait pas vu de bijoux, de talons aiguille, de jupe seyante, de haut féminin, de couleurs assorties depuis... une éternité !

 

 

 

- Secouez-vous ! Qu'est-ce qu'il vous arrive aujourd'hui ? 

Le patron était réellement surpris par le comportement de Cateline. Habituellement, il pouvait lui faire confiance, mais là, quelque chose ne tournait pas rond... Il s'inquiétait pour son employée. Elle eut un sourire d'excuse, et se remit au travail, toujours pensive. Elle s'imaginait volant l'écharpe de soie de la belle inconnue... D'où venait-elle, pour les narguer ainsi , elle superbe dans une tenue ultra raffinée, et eux,  dans leur sac informe et triste à mourir ! Elle en étouffait de rage... envers elle-même ! Elle ne se savait pas capable d'une telle violence ! 

 

 

 

- Je vous prends avec la main rouge*** ! éructa son patron, au bord de l'infarctus.

Elle suait ses quatre chemises****... 

- Je veux bien effacer l'ardoise***** pour cette fois ! Mais méfiez-vous, Cateline, vous filez un mauvais cocon !... Il ne sert à rien de voler Pierre pour payer Paul****** !...

 

 

 

A la seule évocation d'une pareille scène, Cateline était en nage, et sa figure cramoisie alerta son patron qui décida de lui donner le reste de sa journée... Elle lui en fut reconnaissante et se sauva comme une voleuse.

 

 

 

Lorsqu'elle arriva chez elle, il lui restait du temps avant le retour des petits. Elle décida de boire un verre d'eau et de manger un morceau avant d'aller voir si Ambra était rentrée. Elle avait fait quelques courses, ouvrit son sac de commissions et recula en poussant un cri. L'écharpe de soie de l'élégante jeune femme s'y trouvait.

 

 

 

 

 

* Il est temps de remonter ses chaussettes ; expression anglaise : It is time to pull our socks up. Il est temps de retrousser nos manches.

** Faire manteau ; expression italienne : fare cappotto. Rentrer bredouille.

*** Prendre quelqu'un avec la main rouge ; expression anglaise : I catch you red handed. Je vous prends la main dans le sac.

****Suer quatre chemises ; expression italienne : sudare quattro camicie. Suer sang et eau.

*****Effacer l'ardoise ; expression anglaise : to wipe the slate. Passer l'éponge.

******Voler Pierre pour payer Paul ; expression anglaise : robbing Peter to pay Paul. Il ne sert à rien de déshabiller Pierre pour habiller Paul.

 

 

 

 

19/06/12

 

 

Commenter cet article

Archives

À propos

Mes contes, mes poèmes, mes calligraphies, mes dessins, mes peintures ( aquarelle, encre de Chine...), aïkido...