Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 May

A propos de la relation parents-enfants

Publié par Françoise Heyoan  - Catégories :  #Textes à méditer

 

Je regardais l'autre jour le film Kundun, représentant la vie du Dalaï-lama jusqu'à son exil en Inde, à l'âge de quatorze ans. Je connaissais l'histoire du quatorzième dalaï-lama, et l'invasion chinoise du Tibet en 1950. Outre le fait que ce film montre avec une évidence criante le respect dû à tout un peuple, ce qui m'a le plus frappée, ce sont les relations des tibétains à leurs enfants.

 

Pour ce qu'on en voit, ces relations paraissent légères. Les enfants sont naturels, spontanés, et ne manifestent l'intention de peser sur le choix des adultes d'aucune manière. Ils aiment rire tout simplement. Les adultes, eux, pourraient être décrits de la même manière, hormis le fait que quelques moines cherchent l'enfant qui sera le chef spirituel et temporel de la nation. Tous les adultes, quels qu'ils soient, montrent beaucoup d'amour envers les enfants, même s'ils ne les connaissent pas. Ils ne s'attendent pas, par exemple, à ce qu'on leur attribue l'étiquette de bon père, ou de bonne mère, et encore moins l'inverse !... Ils sont comme ils sont, tout simplement, et donnent de l'amour et en reçoivent, tout simplement. Ils ne cherchent pas à le cacher, ni à le montrer. Ils le vivent. C'est simple comme bonjour.

 

Chez nous, on en est à se tâter pour savoir si l'instinct maternel existe ou non. Pour savoir si on est de bons parents ou non. Si les autres nous perçoivent comme tels ou non. Qu'importe ? N'est-ce pas la relation avec nos enfants elle-même qui compte ? Et non l'image qu'on en donne aux yeux des autres ? Ou que les autres se font de nous à travers elle ? L'occident est tellement habitué à juger l'autre, c'est tellement entré dans nos gènes, qu'on en oublie de vivre, tout simplement !

 

De ce fait, les adolescents croient avoir du pouvoir sur les adultes qui les entourent en agissant d'une manière ou d'une autre... Beaucoup de  parents démissionnent ou au contraire sévissent un peu à tort et à travers, pour qu'on ne vienne pas leur reprocher un jour qu'ils ont été de mauvais parents...Est-ce vraiment la question ? La vraie question n'est-elle pas celle de l'empathie, comme le suggérait fortement Bruno Bettelheim dans son dernier livre : Pour être des parents acceptables ?... Si nous ressentons, entre enfant et parent, l'un pour l'autre, un amour empathique, c'est-à-dire que nous sommes capables de nous mettre à la place de l'autre pour essayer de ressentir ce qu'il peut ressentir, nos décisions deviennent tout à coup beaucoup plus faciles à prendre, et la relation beaucoup plus légère, et en même temps... très émouvante. C'est vraiment ce que j'ai moi-même ressenti en voyant ce film l'autre soir. Et c'est ce que je ressens avec mes propres enfants, aujourd'hui. Merci à eux d'être ce qu'ils sont, et d'enjoliver ma vie par la leur.

Commenter cet article

valentin 05/06/2010 18:19


Cette question de l'empathie serait sans doute une solution pour une relation familiale satisfaisante, pourtant selon moi là n'est pas la question : de fait un enfant ne peut manifester d'empathie
envers son parent, puisqu'il ne comprend pas ce que c'est. De plus, un parent peut avoir également du mal à manifester de l'empathie avec son enfant, s'il est trop accaparé par ses problemes. Selon
moi une solution plus efficace serait simplement que l'amour parental soit une sorte d'amour universel, teinté de respect, et ce dès le plus jeune âge : que les parents voient leur enfant comme une
personne en développement, qui va commencer sa vie à leur côté, et les parents, guides universels, sont censés leur montrer le chemin vers un univers d'égalité et d'amour, en leur offrant le plus
d'amour possible dès le début.


Françoise Heyoan 05/06/2010 19:12



Quelle belle réponse ! Quant à l'univers d'égalité, je ne suis pas sûre du tout qu'il existe, mais pour l'univers d'amour, je l'espère de plus en plus fort. Je pense qu'il est également
nécessaire d'apprendre à nos enfants, dès leur plus jeune âge, à dépasser les épreuves de la vie sans se perdre et sans désespérer. Je t'embrasse.



Archives

À propos

Mes contes, mes poèmes, mes calligraphies, mes dessins, mes peintures ( aquarelle, encre de Chine...), aïkido...