Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 Mar

La Voix du Corps - 3 - Relaxation 1

Publié par Françoise Heyoan  - Catégories :  #Textes à méditer

J’ai logé dans le merle.
Je crois savoir comment
Le merle se réveille et comment il veut dire
La lumière, du noir encore, quelques couleurs,
Leurs jeux lourds à travers
Ce rouge qu’il se voit.

J’ai fait leur verticale
Avec les blés.

Avec l’étang j’ai tâtonné
Vers le sommeil toujours proche.

J’ai vécu dans la fleur.
J’y ai vu le soleil
Venir s’occuper d’elle
Et l’inciter longtemps
A tenter ses frontières.

J’ai vécu dans des fruits
Qui rêvaient de durer.

J’ai vécu dans des yeux
Qui pensaient à sourire.

Eugène Guillevic



J'ai toujours adoré Guillevic. Il est bien normal que je lui rende hommage aujourd'hui par cet exergue.



A mon père, en ce 14 mars, et à Valentin



Imaginez qu'une fleur vous rend visite aujourd'hui. Vous êtes au calme, allongé sur le sol, dans l'herbe, et le soleil vous fait cligner de l'œil et vous chauffe agréablement. Une douce brise vous caresse les cheveux. Pour vous protéger des rayons de soleil, vous interposez entre lui et vous, la fleur.



Vous la décrivez pour vous-même, vous en observez attentivement les sépales, la transparence des pétales dans la lumière en contre-jour, ses couleurs, vous sentez son doux parfum. Elle est légère et vous ne pensez à rien d'autre. Vous êtes bien.



Vous fermez les yeux mais votre petite compagne florale est toujours là où vous l'avez invitée à se placer. Maintenant, vous allez la promener au-dessus de vous, juste pour le plaisir de vous détendre.



Vous la faites évoluer très doucement. Son ombre vient se placer sur votre gorge et tous vos nœuds à l'intérieur de vos cordes vocales se dénouent.



Elle descend vers votre cœur et prend soin de vous et de vos sentiments.



Elle se projette vers votre ventre et vous assiste, dans toutes vos envies, dans tous vos désirs, dans tous vos projets, dans toutes vos gestations.



Puis elle se déplace vers votre hanche et stationne tranquillement au-dessus de chacune de vos articulations qu'elle aplanit comme pour vous enfoncer dans le sol, en douceur.



Elle enveloppe votre pied et apaise chacun de vos orteils, vous les sentez se rafraîchir sous son ombre. Puis elle passe au-dessus de l'autre pied, produit le même effet puis entreprend de remonter lentement au-dessus de l'autre jambe, en s'immobilisant au-dessus de chaque articulation.



Elle se pose au bas de votre colonne vertébrale. Vous imaginez que sa tige se développe au fil de chaque vertèbre en lui donnant un poids de plomb qui vous plaque au sol. Ce poids est très appréciable. Il vous unit à la terre, vous sentez son odeur, sa texture et sa température contre votre dos.



La fleur se déploie et prend la forme de votre cerveau, elle l'apaise et l'enjolive de ses couleurs qui se multiplient. Vous dirigez votre regard intérieur vers la fleur qui devient de plus en plus jolie, et vous admirez ses transformations.



Puis vous laissez la fleur migrer vers une épaule, flotter au-dessus d'elle, et descendre doucement le long du bras, jusqu'à la main, en s'arrêtant quelques instants au-dessus chaque articulation.



Dans la main, la fleur prend tout l'espace de votre paume, et votre main devient la fleur, chacun de vos doigts devient un pétale, et le cœur de la fleur est un soleil.



Vous laissez les rayons du soleil darder vers l'autre main, et y installer l'astre accompagné de la fleur qui se pose dans cette main. La main devient à son tour la fleur.



Puis la fleur s'en extrait et remonte lentement votre bras, jusqu'à votre épaule, en flânant au-dessus de chaque articulation. A votre rythme.



Puis, vous rappelez la fleur au-dessus de votre front. Vous faites disparaître ses pétales un à un, puis son cœur-soleil.



Vous savez que vous pourrez la faire réapparaître chaque fois que l'envie vous en saisira. Chaque fois que vous éprouverez le besoin de vous détendre. Chaque fois que vous souhaiterez vous concentrer avant un travail ou une rencontre importante, pour lesquels l'excès de stress aurait un mauvais effet. Ou chaque fois que vous souhaiterez vous endormir paisiblement.

14/03/10

Commenter cet article

Archives

À propos

Mes contes, mes poèmes, mes calligraphies, mes dessins, mes peintures ( aquarelle, encre de Chine...), aïkido...