Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 Apr

Naviguer à vue ?...

Publié par Françoise Heyoan  - Catégories :  #Textes à méditer

PAS TOUJOURS SIMPLE DE PRENDRE LA BONNE DECISION,
DE CHOISIR LES BONS PROJETS...

 

 

 

 

    Plusieurs de mes projets sont tombés à l'eau, depuis cet hiver, et même jusqu'à l'été prochain... Pourtant, lorsque j'avais pris ma décision, pour les uns comme pour les autres, je m'en étais réjouie à l'avance. En fait, l'un de mes projets de vie, donc très important, est lui, en passe de se réaliser, alors que ça fait plusieurs dizaines d'années que j'ose seulement en rêver... Difficile de savoir prendre les vents, et les bons... quand on navigue à bord d'une fragile coque de noix, dans un océan d'incertitudes...



    Je navigue beaucoup à l'intuition, comme beaucoup d'entre nous. Notamment, si je ressens une joie profonde à l'idée de me lancer dans une aventure, je n'hésite pas... Las ! Parfois, la joie ne suffit pas. Les avertissements surgissent sur ma route, et je préfère en tenir compte, plutôt que d'attirer des dangers qui pourraient s'accumuler et devenir de plus en plus sérieux !... Récemment, j'ai dû renoncer à deux de mes beaux projets, car des frais aussi importants qu'imprévus me sont tombés dessus...  Exit les beaux projets qui me séduisaient tant !... Nécessité de prévenir les gens liés à ces projets que je ne serai pas des leurs... Déception, tristesse des deux côtés. Cependant, je sais que l'enjeu est essentiel : la sécurité de mes finances ; alors, bien obligée d'accepter ce qui m'arrive...



    Et pourtant, parmi mes projets ( de vacances, entre autres), pourquoi éliminer ces deux-là plutôt que deux autres ?... Ce n'est pas si simple... Et est-ce que je ne cours pas plus de risques financiers en gardant ceux-là plutôt que les deux premiers ?... Hé bien, je me dis que si l'un des projets avortés de l'hiver consistait à partir en Angleterre, pour quelqu'un qui adore les langues, je peux bien conserver le projet d'aller en Italie... Après tout, je n'ai pas l'amour des langues pour rien, et il me paraît important d'entretenir cette facilité que j'ai, et dangereux de m'en priver. Dangereux pour ma joie intérieure... Je me suis passée pendant près de vingt ans d'aller à l'étranger, donc de pratiquer les langues étrangères, et je sais trop que ça m'a rendue profondément triste... Je ne m'en priverai donc plus, sauf... avertissement sérieux ! Sans compter que j'emmène ma famille, et qu'il s'agit donc d'une priorité absolue à mes yeux.



    Pour l'autre projet avorté ce printemps, en relation avec mon sport, je sais que je pourrai cet été bénéficier d'un autre stage, et voir aussi à cette occasion l'amie qui m'invitait si gentiment chez elle en avril... Même si le blocage du projet de printemps a du mal à passer, parce que j'espérais beaucoup de cette semaine, aussi bien sur le plan sportif que sur le plan relationnel, je suis contrainte de l'accepter !...
       


    Il reste un autre projet d'été auquel j'ai dû renoncer, avec l'amie qui devait justement me recevoir ce printemps... Elle souffre donc de deux annulations de ma part cette année, et j'avais déjà annulé le projet d'été avec elle l'an dernier, pour les mêmes raisons... Elle doit penser que je suis quelqu'un sur qui on ne peut guère compter. J'en suis vraiment désolée !...Mais d'un autre côté, je me dis que si je n'ai pas pu mener ce projet deux fois de suite, c'est qu'il n'est peut-être pas bon pour moi, ou qu'il ne doit pas vraiment me correspondre et que je dois arrêter de me leurrer en persistant à vouloir le réaliser.

    Je suis la reine de la culpabilisation, mais j'apprends aussi à me raisonner... Si je persiste à vouloir mener à bien ces projets, malgré les avertissements que la vie m'envoie, je pense que j'en recevrai d'autres, de plus en plus sévères, et je préfère ne pas me mettre en position de danger. Tant pis malheureusement si ces décisions, ces changements, ces annulations impliquent d'autres personnes. Si elles tiennent à moi, elles ne m'en tiendront rigueur que pendant quelques temps, pas trop longtemps ?... Dans le cas contraire, peut-être ne valent-elles pas la peine que je tienne à elles ?...


    Le projet auquel je rêve depuis des dizaines d'années ? Un changement d'orientation professionnelle. Là encore, une implication financière, d'où l'attente si longue entre la prise de décision, et la mise en route... Et aussi, bien entendu, besoin de vivre de nombreuses expériences avant de pouvoir choisir ma voie, je dirais, définitive...Et tout à coup, toutes les routes s'ouvrent, pour me permettre de mettre ce projet à exécution : on m'accorde les autorisations nécessaires pour évoluer, on accepte certaines de mes demandes... Bref ! Je me sens portée par le vent, même si le saut dans le vide me paraît un peu vertigineux ( sans doute également, l'une des raisons de ma si longue attente, je suis plutôt du genre prudente...). J'avance pas à pas, je ne me précipite pas ; mais je sens que cette fois, c'est la bonne !...


    Une amie m'a parlé récemment d'un livre qu'elle trouve très important pour  sa vie de tous les jours. Il s'agit de La Loi de l'Attraction, de Esther et Jerry Hicks. En fait, je pense comme elle, et comme de nombreuses personnes dans le monde, notamment toutes celles qui sont sensibles aux  philosophies orientales. Chaque fois que nous avons une pensée, ou une croyance, accompagnée d'une forte émotion , nous attirons à nous la réalité qu'elle véhicule, « bonne » ou « mauvaise ». Autant le savoir. Et je préfère le savoir, effectivement. Si je me répète avec amertume ou colère que je n'obtiens pas ce que je voudrais dans la vie, ou dans un domaine particulier, je l'obtiendrai de moins en moins, car j'entretiens ainsi l'éloignement de cette réalité. En revanche, si j'imagine que je l'ai déjà, dans le détail, avec une grande plaisir, une grande satisfaction, là, j'ai des chances de l'attirer à moi, de l'inviter dans ma vie... Je pense toutefois que pour autant, il est important de ne pas négliger les avertissements de la vie, ou les ouvertures qu'elle nous offre, et auxquelles on n'aurait peut-être pas pensé...


Ainsi, nous avons la chance de disposer de trois  instruments de navigation :


- savoir que toute pensée ou croyance, si elle est associée à une forte émotion, apporte sa réalité tôt ou tard dans notre existence, qu'elle soit positive ou négative ;


- réfléchir à  nos pensées et nos croyances, afin de pouvoir choisir les réalités que nous souhaitons voir se matérialiser dans notre vie ;


- et enfin, se montrer sensible aux avertissements et aux ouvertures que nous proposent les événements de notre vie, afin de rectifier le cours que nous lui donnons...

 

 

 

 

12/04/12




Commenter cet article

Archives

À propos

Mes contes, mes poèmes, mes calligraphies, mes dessins, mes peintures ( aquarelle, encre de Chine...), aïkido...