Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 Aug

VOL DE REVE - Chapitre 8

Publié par Françoise Heyoan  - Catégories :  #Histoire policière

8

 

 

Un cri aigü se répercute d'une montagne à l'autre. Puis Djar se laisse choir vers le sol. Au cas où l'aigle changerait d'idée au dernier moment, Néféret tend sa main gantée de cuir pour le réceptionner. L'oiseau bifurque en angle droit, allonge le cou vers sa maîtresse, relève sa voilure afin de ralentir et se pose. Le vent agité par les ailes de Djar a légèrement déplacé les mèches d'un noir intense autour du visage de la jeune femme, mais l'aigle ignore la beauté, il en fait partie.

Rudi détaille le tableau comme s'il n'y était pas lui-même. Il s'étonne toujours qu'une déesse aussi parfaite que la belle Néféret, l'ait choisi, lui qui se juge tellement quelconque. Il observe avec passion le beau visage de sa compagne, mais il ne connaît toujours pas les pensées profondes qui passent au fond de ces grands yeux noirs, dont les longs cils noirs eux aussi contribuent à sceller les secrets. Les pommettes hautes renforcent cette impression de site imprenable, même lorsque son joli sourire éclaire soudain toute sa face.

Tout à coup, Rudi comprend l'évidence : Djar est le soleil, Néféret la lune. Et lui, qu'est-il ? Il doit bien s'avouer qu'il jalouse parfois la complicité de la jeune femme avec son aigle.

Dès lors qu'un individu s'avise de poser à Néféret une question sur ses ascendances probables, elle semble s'absenter de son enveloppe charnelle. Son corps magnifique paraît alors sans vie... Cela effraie tant le jeune homme qu'il ne se risque plus depuis longtemps à lui poser ce genre de questions et qu'il redoute même les nouvelles connaissances qui pourraient oser le faire...

- Qu'est-ce que tu as, à me regarder comme ça ?

Rudi n'a pas compris le sens des paroles de son amie. Il a juste perçu le son envoûtant de sa voix vibrante. Elle s'exprime très bien en allemand, mais a gardé un léger accent qui ajoute à son charme...

- Rien, excuse-moi ! Ou plutôt si... Je m'étonne toujours de ta beauté et de celle de ton aigle...

Heureuse, la jeune femme rit.

- On y va ? demande-t-elle.

Les deux randonneurs empoignent leur sac et le hissent sur l'épaule. Malgré sa frêle apparence, Néféret est solide et ne vacille pas lorsqu'elle passe la deuxième bretelle de son sac. Rudi s'attend toujours à la voir apparaître en robe de lin à fines bretelles, mais le T-shirt et le short de la randonneuse ne sont pas pour lui déplaire...

Ils respirent profondément avant d'entamer le chemin qu'ils voient serpenter au loin dans les alpages, tandis que Djar s'élève en ellipse au gré des courants ascendants. Les sommets se découpent sur le ciel bleu. Ils espèrent atteindre le refuge des Trois-Torrents avant la nuit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

À propos

Mes contes, mes poèmes, mes calligraphies, mes dessins, mes peintures ( aquarelle, encre de Chine...), aïkido...